03 novembre 2010

Elections au troisième degré

Petit cours d'instruction civique avant d'entrer dans le vif du sujet. Non pas que je veuille faire le docte, mais c'est important pour la suite. Donc, le maire d'une ville est élu par son conseil municipal. Pas par les électeurs directement. Mais, en principe, il y a une tête de liste identifiée qui gagne l'élection sur son nom. Pour le conseil général, on ne vote pas pour une liste, mais pour un individu qui, là encore, aura charge de porter son vote du second degré, vers un leader identifié au préalable. Enfin pour la région, c'est un scrutin de liste avec des têtes de listes départementales identifiées, mais roulant derrière une tête de liste officielle et globale pour la région.

Bref, tout ça pour dire, et vous êtes quelques-uns à l'avoir compris, que les Perpignanais, dont je suis, ont de quoi être perdus. Ils habitent une ville dont le maire n'a pas été choisi par les électeurs. Une ville qui se situe dans un département dont le futur président n'a pas été choisi par les électeurs. Un département qui appartient à une région dont le futur président n'a pas été choisi par les électeurs.