04 octobre 2010

Vila (le rouge) candidat bien sûr

Jean Vila qui a, par la démission de son conseil municipal, provoqué la municipale partielle de Cabestany (24 et 31 octobre) sera candidat à sa propre succession "avec la même équipe sauf une ou deux personnes qui ont déménagé, et les mêmes responsabilités pour chacun", m'a-t-il expliqué.

Sur sa décision de démissionner, il rappelle : "Cette démission, c'est un acte de colère face à une intégration qui n'est ni librement consentie, ni avantageuse." Il souligne que le préfet devrait, le 16 décembre, prendre un arrêté d'intégration, "mais il le fera en connaissance de cause après le résultat des élections." Quoi qu'il en soit pour l'avenir de Cabestany, la décision préfectorale risque de se retrouver devant la justice administrative.

Rappelons que c'est une manoeuvre technique qui a rendu possible l'intégration de force de Cabestany dans l'agglo. En effet, si le Rivesaltais s'était contenté d'adhérer à l'agglo, l'enclave pouvait perdurer quelques temps. Mais, le Rivesaltais a fusionné avec l'agglo créant ainsi une nouvelle entité. Or, un EPCI ne peut voir le jour avec une enclave...

11:24 Publié dans Elections | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : jean vila, pc, cabestany

Commentaires

"Ah !... des demi-bienfaiteurs sont aisément des malfaiteurs! J'entrevois qu'ils imposeront à Cabestany* une règle morale, comme ils lui proposent une règle économique"

*Monde dans le texte.

L'ennemi des Lois, Maurice Barrès.

Les pissottières à roulettes de l'agglo manquent à ce point de carburant au point de poser des horodateurs Cours Lassus et escomptent comme les sangsues siphonner Cabes pour apurer sa dette.
Lorsque j'habitais le quartier St martin, nous avons lancé une pétition qui fit reculer la municipalité désireuse de rendre le stationnement payant rue Testory et Rives. C'est avec cette même détermination que nous mettrons tout en oeuvre pour faire annuler cette intégration forcée, inique et spéculative.

Écrit par : Gustave Delory | 04 octobre 2010

Pfff... et ça se dit communiste.
Alors puisqu'on y dit n'importe quoi, je rappelle à certains critiques pourtant ignares que ce n'est pas PMCA qui a décidé d'intégrer de force Cabestany mais c'est la loi qui fait que le préfet va remédier à ce qui n'est à ce jour qu'absurdité.
D'autre part, je trouve cela bien pitoyable que les mêmes qui critiquent l'extension exagérée de l'agglo critiquent dans le même temps l'intégration d'une commune qui ne s'est développée que sur une politique de proximité avec Perpignan, c'est à dire sur le dos des commerçants du centre ville (je parle bien sur du Mas Guerido) et par la même, en s'accolant coté Médipole.
Si il y a une commune qui précisément devait intégrer l'agglo, c'est bien Cabestany.
Et quand je fais référence aux communistes, l'idée principale de ce mouvement, ça ne serait pas le partage des richesses par hazard ???
Alors on s'enrichi en créant des zones qui rapportent grâce à Perpi, mais par contre on refuse de partager ses richesses... Bravo le communisme, certains intégreraient le gouvernement au nom de l'ouverture que cela ne m'étonnerait pas...

Écrit par : CulturaCat | 10 octobre 2010

Les commentaires sont fermés.