16 septembre 2010

Tous les chemins mènent aux Roms

MT2S.jpgMaïté Sanchez-Schmid, MT2S pour les intimes, est à Barcelone. Plus précisément à Badalone. Elle doit accompagner un élu d'opposition du PP lors de la visite d'un camp de Roms. Un sujet un peu chaud en ce moment. (Elle me précise à la lecture de ce post qu'il s'agit d'un quartier rom et non d'un camp).

Pourquoi s'intéresse-t-elle à cela ? "Le problème gitan, cela fait 15 ans que je travaille dessus notamment à Saint-Jacques et au Nouveau Logis. Avant les vacances, j'avais d'ailleurs demandé à rencontrer la députée rom hongroise (Livia Jaroka) pour en discuter avec elle", m'a confié Maïté. "Je vais à Badalone parce qu'il y a aussi des problèmes là-bas et que je pense qu'il n'est pas inutile d'aller voir ce qu'il se passe ailleurs. La question étant de savoir ce que l'on peut faire de ces gens-là car il n'est pas acceptable de laisser vivre des gens dans les conditions dans lesquelles ils vivent."

On lui objectera tout de même que les Gitans de Saint-Jacques ne sont pas les Roms. Elle a la parade: "Bien sûr qu'à Saint-Jacques ce ne sont pas les Roms, mais les problèmes que rencontrent ces population sont assez similaires. Problèmes de scolarisation, de socialisation, d'intégration. Face à cela, les villes, les collectivités sont démunies. Il faudrait peut-être créer un réseau pour les collectivités qui doivent pouvoir compter sur l'Europe. A Perpignan, qui pourrait être la tête de pont de ce réseau, nous avons reçu des aides européennes pour l'école à Saint-Jacques."

Et sur la politique française, la députée européenne a-t-elle des choses à dire ? On la sent là sur des oeufs. "Je pense que Nicolas Sarkozy agit de façon légale. Il faut bien s'occuper du problème et en renvoyer la responsabilité aux pays dont les Roms sont originaires. Car personne ne quitte sa terre sans y être contraint. Chez eux, les Roms sont discriminés, ils souffrent de problème d'emploi, voilà pourquoi ils s'en vont. Et ici, il faut bien le dire, il y a des problèmes de délinquance et de criminalité. Pourquoi ? Parce qu'ils trouvent pour vivre les moyens qui sont à leur portée."

La venue de MT2S en Espagne ne passe pas inaperçu de l'autre côté du col du Perthus. Trois journaux, et pas des moindres, en parlent. Il y a d'abord El Pais. Il y a ensuite El Mondo. Il y a enfin La Vanguardia. Pas rien quand même.

La photo provient du Facebook de l'intéressée

Commentaires

La seule portée dont il est en fait question est celle des déportés et de l'ignominie électoraliste de la droite pour le coup bien française et non européenne. L'emploi de l'expression "ces gens" les différencie de fait du citoyen qu'ils sont.
Madame Smid avec un nom à consonnance teutone aurait-elle par atavisme contracté le virus exclusif et brunâtre de ceux qui offrirent de courts séjours dans les camps de vacance de Dachau, Buchenwald, Treblinka à nos parents?
Cette droite actuelle déshonnore les couleurs de la République.
Le conseil européen s'est prononcé, le parlement français tergiverse mais il n'en reste pas moins que soutenir une politique stigmatisant une catégorie de la population s'apparente à du pétainisme après l'heure.
Madame Smid n'est pas digne de représenter la France au Conseil de l'Europe.

Écrit par : Gustave Delory | 16 septembre 2010

LA LEGALITE PEUT ELLE JUSTIFIER TOUS LES CYNISMES ?

Si je ne me fais plus depuis longtemps d'illusions sur la morale en politique, il est des sujets qui continuent à me faire "mal à la France". L'expulsion des Roms en est un.
Peut-on dans une République qui considère l'individu comme un citoyen et non comme faisant partie d'une ethnie expulser un groupe sous le seul prétexte d'être Rom (cf la circulaire adressée aux préfets depuis le ministère de l'intérieur) sans bafouer les principes et les valeurs de la République ? Tout cela pour caresser les plus bas de nos instincts, s'adresser à notre cerveau reptilien, au moment où la politique est impuissante ou s'interdit d'intervenir sur les évènements économiques.

Au delà de principes et de la morale républicaine, au delà du coup médiatique, et au contraire de ce qu'affirme Madame Schmidtt, l'expulsion des Roms en tant que Rom est inconstitutionnelle et va à l'encontre des traités européens signés par la France et est donc illégale.

Bien sûr, Sarkosy va se poser en victime de l'Europe, lui qui a imposé par le biais du traité du Portugal voté par les chambres, le traité constitutionnel, rejeté par la majorité des français,

Tout cela sent le populisme à plein nez, remugle d'un passé toujours présent, le populisme cette façon de pratiquer la politique qui s'adresse "au ventre" comme disait Alain.

Écrit par : ECR...L...INF | 17 septembre 2010

Tourt le monde y va de son mot, de son discours et de son opinion. Que de salive utilisée pour rien. Le problème est simple, nous ne pouvons pas accueillir toute la misère d'Europe, alors c'est à Bruxelles de travailler sur ce dossier pour partager le fardeau.
A ce que je saches, la Roumanie ou la Bulgarie n'aident pas nos pauvres, nos S.D.F et nos retraités qui ont travaillé toute leur vie pour toucher entre 400 et 600 euros mois.
Il y a un moment ou il faut faire un choix: ou nourrir sa famille ou nourrir la famille du voisin. Pour moi le choix est fait...
Cela se nomme la préference nationale.

Écrit par : Ricardo | 17 septembre 2010

Madame Sanchez Schmid occupera t'elle ensuite la place de directrice de campagne de PARAT Pierre, lors des cantonales sur St Jacques. En bonne experte sociologue, elle ira balayer devant la porte des roms à Barcelone, alors qu'à Perpignan, elle aura cautionner la politique de guéthoisation clientéliste électorale des malheureux gitans de St Jacques et de la cité Bellus à Perpignan. Alors en bonne conseillère, et donneuse de leçons, elle exposera probablement les mêmes méthodes et le savoir faire Perpignanais sur cette question. Elle proposera comme gros pancement, la création d'une CASA MUSICAL BIS BARCELONE qui solutionnera vraisemblablement sur du long terme la problématique des ROMS de Barcelone, comme ceux des gitans de Perpignan.

Écrit par : Vincent | 17 septembre 2010

REPONSE A VINCENT: Ou voyez vous que les gitans de Perpignan sont pauvres? Ils touchent des aides de toutes parts, pour ne pas mettre la pagaille, pour voter pour l'un ou l'autre, pour ne pas aller dans certains quartiers de la "haute"? etc.etc, ils ont de l'argent pour vivre et ils se permettent en plus de "l'ouvrir" pour se plaindre et avoir plus.
Commencons par s'occuper de nos vieux qui ont a pein e euros par jour pour vivre, revenons a l'essentiel
R.

Écrit par : Ricardo | 17 septembre 2010

Qu est ce qui faut pas faire pour exister...

Écrit par : concombre66 | 17 septembre 2010

en réponse à Concombre66 qui n'a pas le courage de son identité, je m'occupe tout simplement de ce pourquoi je suis élue, des problèmes qui concernent l'Europe et tous ses citoyens....

Écrit par : Maité Sanchez-Schmid | 17 septembre 2010

@Ricardo

Mais de quelle richesse parlez vous Ricardo, les gitans et d'autres ont fait l'objet depuis des années d'une politique de clanisme misérabislte sur Perpignan, par le clan ALDUY. Si l'assistanat s'est developpé autant au cours de toutes ces années, c'est uniquement de la faute, de la volonté, de ceux qui l'ont mis en place, et cela même qui se sont enrichis et assis leurs pouvoirs sur la spéculation de la misère. Faut voir Saint Jacques et les marchands de sommeil, et le reste......... Cette population a été prise en otage par ce clan politique, ils ont été maintenus dans une létargie sociale, sanitaire et intellectuelle, et cela pour mieux en réalité les manipuler, pour s'en rendre compte, il suffit de constater le résultat catastrophique. Quelle image extérieur de ce lieu en plein centre ville, et ce n'est pas une fête des gitans lors de VISA POUR L'IMAGE qui améliorera ce drame humain. Et sur la politique en direction de nos anciens, nos vieux comme vous dites, probablement maintenant que ALDUY faisant partie de cette catégorie de personne, se sentant plus proche de cette réalité, il ira encore courtiser sans scrupule cet électorat dans les maisons de retraite, ou encore en tant que sénateur, proposera un projet de loi au sénat, pour améliorer la situation de nos vieux, mais c'est vrai, lui finira ses vieux jours aux ors de la république, au frais du contribuable, alors que ces personnes finissent dans des mouroirs indignes du pays des droits de l'homme. Et pour vous permettre d'encore méditer, au lieu de vous en prendre à des pouvrettes que vous décrivez comme riche, posez vous la question de savoir ce qu'il est advenu de l'argent récolté après la catastrophe sanitaire dans ces maisons de retraite, un sacrifice de plus demandé au peuple par une journée de congé supprimée, et en définitive un arnaque de plus, comme l'a été en son temps la vignette automobile qui devait servir à aider nos vieux. Mais comme vous ne regardez pas plus loin que le boug de votre nez, vous contribuez à jouer le jeu, de ceux qui n'ont de cesse d'opposer les français les uns contre les autres.

Écrit par : Marouan | 17 septembre 2010

@Maité Sanchez Schmidt

Nous jugerons en temps utile de votre bilan, comme nous avons pu juger en temps utile de votre action en tant qu'adjoint au maire de Perpignan. Sur ce dormez tranquille, Madame la Député, seule votre conscience aura raison de la réalité et de l'avenir.

Écrit par : Albert | 17 septembre 2010

@Ricardo
Je partage pleinement.
Je rajouterai que cela coûte de l'argent et pas seulement de la salive. Pour faire du social, de l'intégration, etc..., il faut tout bonnement... de l'argent !!!!!! Quand je vois que l''Etat doit emprunter 40 Milliards d'Euros pour financer les retraites du 4ème trimestre 2010, je me pose des question sur les bonnes consciences socialistes, et cette vue de l'esprit qui les anime. Ouvrons la France en grand, recueillons les grecs également (soit dit en passant, le pays où se vend le plus de Porsches Cayenne dans le monde, gloups !), mettons la retraite à 40 ans et descendons à 20 heures de travail hebdo avec une cellule de soutien psychologique derrière chacun d'entre nous au cas où nous planterions un clou de travers...
Nous sommes aujourd'hui le second pays le plus taxé au monde, nous avons déjà du mal à suivre, et nous devrions en plus accueillir et s'occuper de l'irresponsabilité politique d'autres pays ? Au nom de l'Europe ? Ou à l'encontre d'une classe moyenne française qui faut il le rappeler est la vache à lait fiscale, qui croule sous les charges et qui ne s'en sort plus ? C'est ça la vision transcendante ?
Quoi d'autre ?

Écrit par : lastephanoise | 17 septembre 2010

MT2S a toujours traité les dossiers scolaires de façon très professionnelle...demandez à sa successeure, Nathalie Beaufils...une expression maladroite de sa part est à relever : "le problème gitan"...tout est dit, l'inconscient révélateur, quant à son implication dans le quartier St Jacques je ne le vois qu'à travers la réalisation de l'école communautaire "gitane"...qui, parait-il ? serait une réussite...à la ville de le démontrer...combien d'enfants gitans scolarisés dans cette école atteignent la classe de 3ème au collège...quel est le "réel" taux d'absentéisme des élèves ? Savez-vous que ces enfants entrent en 6eme avec un niveau cp!!!! Tant qu'on y est...combien d'enfants restent non scolarisés dans ce quartier, 50? 100? Il serait temps d'évaluer ce dispositif qui coûte très cher, et franchement pour quel résultat...alors que dans d'autres quartiers de Perpignan, des enfants mériteraient qu'on leur porte autant d'attention...

Écrit par : bruno66 | 17 septembre 2010

Le principe même d'une école "communautaire" est incompatible avec les valeurs de la république que l'on prétend, ici ou là, défendre ! L'école étant obligatoire pour tous les enfants, il serait logique et normal de faire appliquer ces lois qui existent ... tout simplement !

Écrit par : Sébastien | 18 septembre 2010

15 ans que cette personne s'occupe des Gitans ??? qu' en ressort'il, Le Dimanche, je vais souvent aux puces, je discute souvent avec un Gitan où je m'approvisionne en livres, ns parlons de tout et de rien je lui demande ce que les gamins lisent, étant de confession évangéliste, ils se satisfont de lire leur Bible, le reste , de la façon dt cà leur ai enseigné, ne les passionne pas. Peut'être le petit voyage en Catalogne Sud va t'elle l'inspirer. Revenons en à notre affaire, la libre circulation en Europe veut dire 1) avoir l'argent pour le faire. 2) être couvert par l'assurance maladie de son PAYS !. Nous qui travaillons, peu importe le montant de nos revenus, (ns faisons ce que ns avons tjs vu faire), au lieu de faire des discours, d'employer ce mot( que l'on entend depuis des semaines) qui est prononcé ds chaque phrase (stigmatiser) montrez ns les uns et les autres que vs êtes dotés de certaines choses, et avec l'argent qui coule à flots por les Roms, sur leurs Terrains , ds leur enclave, apprenez leur la Vie, Le Travail, le respect de leurs enfants... j'arr^rte, plus de place...

Écrit par : talanca | 18 septembre 2010

D'accord avec beaucoup de ce qui vient d'être dit, notamment Marouan et Sebastien
Les gitans de Perpignan et notamment ceux de St Jacques y sont installés, me semble-t-il depuis 1493 , occupant le "Call", quartier juif dont les occupants avaient été chassés.Oui! l'histoire bégaye!
Le Traité des Pyrénées les a fait Français, bien avant beaucoup de ceux qui nous gouvernent!
Il y aurait beaucoup à dire...(à rire...jaune?)sur le voyage à Badalone de notre élue, alors juste quelques mots: MT2S a été adjointe aux affaires scolaires à Perpignan. Y a t-elle vu les dizaines d'enfants descolarisés dans les rues de l'hyper-centre?
Si non, où avait-elle les yeux?
Question qu'on peut se poser pour d'autres conseillers municipaux ayant journellement le spectacle de petits garçons jouant au foot près du Campo Santo par exemple, et de mamans souvent en pyjamas faisant leurs courses en ville avec les enfants à l'heure où ils auraient dù être en classe ... Question qu'on peut également se poser pour la police, municipale ou nationale, passant dans les parages et n'y trouvant apparemment rien à redire!


Si oui, qu'a t-elle fait? une école "gitane"...?

La pensée même d'une école gitane est une aberration par rapport aux principes républicains (il me semble qu'il y en avait eu une pour les filles il y a qques années, où "on" leur apprenait la couture????).

Écrit par : dona d'albera | 18 septembre 2010

Dona, je partage votre avis et soumets à votre réflexion une autre alternative. Pourquoi ne renvoyer à leurs études (pour ceux qui sont sensés en avoir fait) les élus décideurs du sort de notre quotidien en les soumettant comme les étudiants boursiers, à la signature de leurs enseignants sur leur carte d'assiduité?
Madame Sanchez Smid a dû, je le pense, sécher les cours d'instruction civique et aurait besoin d'être instruite des valeurs qui fondent la V° République. Si elle dénigrait sciemment ce qui fonde la société laïque, égalitaire Républicaine à laquelle nous sommes indeffectiblement attachés, elle serait lors des prochaines échéances électorales, priée d'aller gagner son argent de poche chez L'Oréal.

Écrit par : Gustave Delory | 18 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.