16 septembre 2010

Chaussettes, ça sent le procès

Le 10 février dernier, je vous annonçais la fin de l'instruction dans l'affaire de la fraude à la chaussette. Il y a, vous le savez, du nouveau puisque le parquet de Perpignan demande la poursuite de Georges Garcia. En revanche, il demande le non lieu pour Marie Tjoyas et Angélique Garcia.

Je n'ai pas encore eu le temps de lire le réquisitoire que j'ai pu me procurer. Mais promis, dès que j'ai cinq minutes j'en publie des extraits.

Commentaires

Chaussettes et chèque: ça sent l'échec.
Comme pour les chaussettes trouées qui seront reprisées à l'amiable ;le chèque de M. Puigmal repassera aux oubliettes de la justice..... La "Comedia del desastre Catala" pourra encore continuer. Pendant combien de temps?
Un jour pas très lointain (tout est relatif)les Dei ex machina seront mis au "placard de l'histoire"( peut être le même qu'ils ont utilisé pour écarter ceux qu'ils considéraient comme des concurrents ). Il aura fallu de nombreuses années et quelques courageux pour démasquer les vrais responsable de la misère Catalane sur laquelle navigue une famille depuis trop longtemps.
Fuctuat nec mergitur? cette maxime vaut pour Paris mais pas pour Perpignan!

Écrit par : Chan John | 25 septembre 2010

Les commentaires sont fermés.