05 août 2010

Mach et Coopé

Daniel Mach vient de poser une question, écrite, au ministre de la Justice et des Libertés (ben oui, c'est comme ça qu'on dit maintenant), une question qui porte sur l'organisation des coopératives agricoles. On sait combien, chez nous, les coopératives viticoles, surtout, sont mal. Est-ce que son interrogation qui porte sur la nomination de commissaires aux comptes aura une incidence ? Qu'en dira Michèle Alliot-Marie ? Bon, au moins, même si c'est l'été, le problème est posé. Pas sûr que les coopérateurs (arboriculteurs ou viticulteurs) aient maintenant le temps de suivre l'activité parlementaire...

Daniel Mach s'interroge dans sa question sur les seuils de nomination des commissaires aux comptes dans les sociétés coopératives agricoles. A l'heure actuelle, les coopératives agricoles doivent désigner un commissaire aux comptes lorsqu'elles dépassent au moins deux des trois critères suivants : trois salariés, 110 000 euros de chiffre d'affaires et 55 000 euros de total du bilan. "Or, ces seuils sont beaucoup moins élevés que ceux des associations et des autres types de sociétés. Cette différenciation et cette contrainte administrative conduisent à une pénalisation des coopératives agricoles et contredisent la volonté gouvernementale de rendre plus compétitive notre agriculture française", dit le député. Il demande donc à la ministre de lui indiquer ses intentions quant à un éventuel relèvement des seuils de nomination d'un commissaire aux comptes pour les coopératives agricoles.

C'est moins drôle qu'une campagne électorale avec Mambo le chien (que je verrais bien d'ailleurs recevoir le prochain prix Méditerranée Roussillon vu que le récit de son calvaire a été écrit par ses maîtres et présenté par le CML), mais c'est intéressant aussi ces problèmes de notre agriculture.

Commentaires

Il n'y a pas de trêve estivale pour Mach et la démagogie.
Le créneau sécuritaire à l'UMP étant pris par son pote des alpes maritimes, il lui reste l'agriculture.
Le recours à des commissaires aux comptes a l'avantage, quand ils font leur métier sans se contenter de rendre des services,d'éviter des dérapages qui aboutissent à des faillites et à la ruine des adhérents.
En quoi la transparence des comptes est-elle une atteinte à la compétitivité?
Encore une question de notre Mach moins cinq qui va recevoir une réponse adaptée...

Écrit par : Leon | 05 août 2010

Bien vu avec une seule remarque le créneau sécuritaire UMP local a été occupé par Calvet et la campagne sur l insécurité bien réelle à Perpignan.
Mach n est même pas monté à Paris voir le ministre ...

Écrit par : concombre66 | 05 août 2010

il ferais mieux de se préoccuper de l'avenir de l'agriculture(maraichage - arboriculture - viticulture)avec ses collégues socialiste ils ont transformer les campagne en jachéres; ils ont anéantie les productions agricoles. se sont d'es fosoyeur de l'agriculture.

Écrit par : salvat | 06 août 2010

Les commentaires sont fermés.